Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > LE 2e AU QUOTIDIEN > Propreté et recyclage > Contrat de propreté du 2e
 

Contrat de propreté du 2e

Un arrondissement de plus en plus propre


Le « Contrat d'objectifs propreté » du 2e a été signé en octobre 2003. Il est établi par le service local de la propreté (Direction de la Protection de l'Environnement) et constitue un contrat de service avec les mairies d'arrondissement, contrats qui sont signés.

A quoi sert un « Contrat d'Objectifs » ?

Les riverains d'un quartier connaissent le plus souvent les endroits les plus malpropres de l'arrondissement. Le fait de les répertorier au sein d'un document permet de les confirmer et de fixer les moyens à mettre œuvre pour améliorer le service : c'est un outil d'amélioration des prestations rendues aux habitants.
L'objectif est donc de rechercher l'ensemble de ces « sites à problèmes » dans l'arrondissement (déjections canines, dépôts sauvages, urine, etc.) afin d'en améliorer le traitement. Il sert ensuite de « feuille de route » pour le travail des services locaux de propreté.

Les principaux objectifs du contrat dans le 2e

Un objectif général : la lutte contre les déjections.
Trois objectifs prioritaires :

  • Abords des établissements scolaires et petite enfance ;
  • Abords des lieux de culte, établissements publics (Poste, mairie, etc.) ;
  • Abords des stations de métro.

­ Des objectifs localisés :

  • Secteur touristique « Opéra - Grands Boulevards » ;
  • Secteur confection : Sentier avec des rues prioritaires ;
  • Secteur Montorgueil : zone piétonne et commerçante ;
  • Secteur Saint-Denis avec ses rues, impasses, passages.

Quelle participation des habitants et riverains à l'amélioration de la propreté ?

En 2003, les trois Conseils de quartier ont été invités à participer à l'élaboration du « Contrat d'objectifs Propreté » du 2e arrondissement. Ils ont contribué à établir le diagnostic des types de problèmes de propreté rencontrés dans les rues et coins qu'ils connaissent bien.
Depuis 2004, il leur ait proposé régulièrement d'observer ensemble ces mesures et de repérer les lacunes et les secteurs qui nécessitent une vigilance accrue, à l'occasion d'une « marche exploratoire » par quartier et en pleine journée (heures d'activité) en présence d'agents du service local de la propreté. Ces marches permettent de déambuler dans des rues du quartier et de répertorier l'ensemble et le volume des problèmes observés : déjections canines, dépôts, gravats, bacs sur la voie publique, graffitis, etc.

Quel est le rôle des agents de la propreté ? Comment savoir si ce contrat est suivi d'effets ?

L'esprit de ce contrat se définit en quelques mots :

  • diagnostic participatif avec la participation des trois Conseils de quartier à l'élaboration du diagnostic ;
  • objectifs d'amélioration du service : il s'agit d'une véritable « feuille de route » pour le service local de la propreté ;
  • évaluation du travail engagé par le service de la propreté avec des critères d'analyse objectifs (constatations sur le terrain) couplés avec la perception des habitants.

Dans ce partenariat, le rôle de l'ensemble des équipes de la propreté est essentiel : qu'il s'agisse de l'exploitation, de l'encadrement des équipes, de la communication et du respect des règles en matière de propreté (vis les inspecteurs de salubrité).Le suivi de ces objectifs est régulièrement évalué à l'aide de différents critères, prévus dans le contrat d'objectifs :

  • Exploitation des plaintes des habitants ;
  • Observations des Conseils de quartier ;
  • Marches exploratoires ;
  • Notation technique ;
  • Sondage annuel ;
  • Grilles d'évaluation.
  • Depuis 2009 et la mise en place du co-pilotage de la propreté, la Mairie de Paris a fait le choix de la proximité, afin de gagner en efficacité. Les Mairies d'arrondissement sont ainsi systématiquement consultées dans le cadre de l'implantation de nouveau mobilier urbain ou la mise en place de nouveaux services et sont invitées à fixer les priorités de nettoyage, de sensibilisation et de verbalisation, en lien avec les divisions locales de propreté. Il prend la forme suivante :

    1. Un diagnostic partagé des besoins de nettoyage par établissement, d'un recensement des points noirs et leur cartographie et la définition des priorités de traitement. S'y ajoute le travail avec les conseils de quartier complété du suivi régulier des plaintes des habitant et des habitantes.

    2. Établissement conjoint d'un plan d'action définissant :

    •Fréquences et modalités de nettoiement par zone ;

    •Thématiques prioritaires de verbalisation ;

    •Établissement d'un programme de résorption des points noirs

    3. Communication du plan de propreté en conseil d'arrondissement.

     Le contrat de propreté du 2e actualisé a été présenté au Conseil d'arrondissement du 15 septembre 2016.

 

Les actions de sensibilisation

Lutter contre les déjections canines, encourager le tri sélectif, faciliter l'enlèvement des objets encombrants, telles sont les missions de la Direction de la Protection de l'Environnement. Pour inviter les Parisiens à garder leur ville propre, le service local de propreté de la DPE déploie ainsi des trésors d'inventivité.

Opération Coordonnée de Nettoiement Approfondi

En 2009, deux opérations coordonnées de nettoiement approfondi (OCNA) auront lieu dans l'arrondissement.

Lors de ces opérations, les services de la propreté, ceux de l'environnement et des espaces verts, ceux de la voirie et ceux de la prévention et de la protection intervenant dans le 2e se mobilisent  pour nettoyer en profondeur, entretenir le quartier et sensibiliser les habitants.

La première semaine, il s'agit de renforcer les actions de nettoiement dans une zone définie : balayage et lavage intensifs, lavage de nuit des chaussées, entretien du mobilier urbain, désaffichage et dégraffitage intensifs.
Ces mesures curatives sont accompagnées de plusieurs actions de communication. Un panneau d'information canine et cinq panneaux décrivant l'opération sont implantés dans le secteur concerné. Un stand ambulant est installé sur la voie publique.

La seconde semaine se caractérise par un retour à un niveau normal d'entretien et une intensification de la verbalisation.

Campagne de communication canine

la pollution canine constitue un réel sujet de préoccupation pour les parisiens. C'est pourquoi la Mairie de Paris lance régulièrement des campagnes de sensibilisation envers les propriétaires de chiens, et travaille avec des éducateurs canins.

Depuis 2002, les propriétaires de chiens ont pour obligation de ramasser les déjections de leurs animaux, sur quelque partie de la voie publique que ce soit, y compris dans les caniveaux, sur les pieds d'arbres, les parties sablées ou en herbe. Il leur appartient de se munir de tout accessoire de ramassage (sac, journal, etc..) leur permettant de déposer les déjections dans les réceptacles de propreté implantés sur les voies publiques.

Rappel : les infractions constatées sont passibles d'une amende.
Le but de ce dispositif de sensibilisation est de faire prendre conscience aux propriétaires que le ramassage est un élément indispensable à la bonne intégration du chien dans la ville.
Le dispositif consiste à implanter sur un site sensible un kit de 3 panneaux d'informations relatives à la propreté canine (« J'aime mon chien, je ramasse », « J'en suis responsable » et « J'en prends soin »).

Cette communication est installée par les divisions locales de propreté autour d'un arbre ou d'un candélabre, afin de ne pas perturber le chemin des piétons. Leur propreté et leur stabilité sont surveillées quotidiennement. Ils restent une semaine en place, du vendredi au jeudi. Ponctuellement sur un secteur très souillé il est possible de faire intervenir un éducateur canin professionnel, qui répondra à toutes vos questions relatives à l'éducation, aux soins et à la propreté de votre chien.

Selon une étude d'observation du ramassage réalisée en juin 2005 et portant sur 600 propriétaires de chiens, environ 60 % des propriétaires canins ramassent les déjections de leur animal.

 

Actions pédagogiques dans les écoles

La Mairie du 2e arrondissement, en collaboration avec la Direction de la Propreté et de l'Eau de la Ville de Paris, met en place tout au long de l'année des animations dans les écoles élémentaires de l' arrondissement, afin de sensibiliser les enfants au respect de leur environnement, à la propreté des rues et au travail des agents de la DPE.

Des éboueurs équipés de roule-sacs et de balais viennent expliquer aux enfants comment sont nettoyés leur quartier et une ville comme Paris. Ils décrivent une journée de travail, les difficultés qu'ils rencontrent et ce que les riverains peuvent faire pour les aider. Une discussion s'installe entre les élèves et les agents de la propreté de Paris. Parallèlement, des engins miniatures de la propreté et de la collecte sont exposés et leur fonctionnement expliqués aux élèves.
 

Animations de sensibilisation

Animations de sensibilisation dans les rues du 2e

En collaboration avec la DPE, des stands d'information et d'échange sont présents ponctuellement dans les rues du 2e arrondissement.
Des agents de la DPE viennent répondre aux questions des habitants, les sensibiliser sur les enjeux liés au tri des déchets, à la propreté des rues…
Un conseiller Info - Energies est également parfois présent pour informer et conseiller sur toutes les questions relatives à l'efficacité énergétique et au changement climatique : quels sont les gestes simples à effectuer ? Quel type d'équipement choisir ? Quelles sont les aides financières accordées ? etc.
Ce type d'animations est renouvelé régulièrement, dans différents endroits du 2e.
 

Emplacements des sanisettes publiques

De nouveaux sanitaires, conçus par le designer Patrick JOUIN, seront installés à compter de mars 2009 et remplaceront progressivement le parc en place. Toutes les sanisettes seront alors accessibles aux handicapés.

Le mobilier des sanisettes parisiennes fait l'objet d'un nouveau marché : progressivement, les sanisettes seront remplacées par des équipements nouvelle génération (éclairage intérieure, « sky dome », réserve d'eau de pluie sur le toit, lavage des murs automatique,…).

Certains emplacements du 2e arrondissement ont été abandonnés pour raison technique.
D'autres sont en cours de validation auprès des Architectes des Bâtiments de France.

29, boulevard Poissonnière
15, boulevard St Denis
109, boulevard Sébastopol
115, rue Montmartre
91, rue d'Aboukir (place du Caire)
31, rue d'Alexandrie (sur la place) - fermée temporairement
27, boulevard des Capucines
37, boulevard des Capucines
43, boulevard des Capucines
13, place de la Bourse (à coté de l'accès métro) Face au 73, rue Réaumur
69, boulevard Sébastopol
85, boulevard Sébastopol

 
-->